Le Sermon sur la Montagne et le Bonheur

Le message de Jésus qu’on appel le « sermon sur la montagne » a touché et touche toujours le cœur des gens depuis son origine.  C’est un souffle d’air frais toujours; qu’importe l’age, la culture, les mœurs ou la politique.  Ce message frappe au cœur même de la justice, la vérité et la compassion dans ce monde.  Il nous enseigne que les vraies choses ne sont pas  celle prêchées à la télévision, ni au cinéma, ni dans les affaires et même pas dans ce que le monde appel « religion ».

Il nous montre au contraire que les vraies choses, les choses vraiment importantes dans la vie – celles qui nous amène réellement au véritable bonheur intérieure – ne sont pas si superficielles, ni si facile, ni très populaires.  Aujourd’hui c’est un monde plutôt « chacun pour soi », mais Christ nous montre que la règle d’or, le « vivre pour Dieu et pour les autres » est le vrai sentier de la justice et du bonheur.

Le sermon sur la montagne nous dit en fait presque tout le contraire de la sagesse du monde séculier, sur la manière d’obtenir le vrai bonheur.

Le psychiatre séculier, J.T. Fisher, donne une description juste de l’influence du Sermon sur la Montagne de Jésus :

« Si vous deviez prendre la somme totale de tous les articles faisant autorité jamais écrits par les plus qualifiés des psychologues et psychiatres sur le thème de l’hygiène mentale, si vous étiez pour les combiner et de le affiner et les détacher de tout verbiage en excès … et si vous étiez pour avoir ces morceaux non frelatés de la connaissance scientifique pure concise exprimée par le plus capable de poètes vivants, vous auriez une sommation maladroite et incomplète du Sermon sur la montagne.  Et, il subirait un abaissement incommensurable par comparaison. Depuis près de deux mille années le monde chrétien a été tenue dans ses mains la réponse complète à ses aspirations agitées et stériles.  Ici repose … le plan de la vie humaine réussie avec optimisme, la santé mentale, et le contentement. »  – JT Fisher et LS Hawley, Quelques boutons manquants . Philadelphie, Lippincott, 1951, p. 273.

Les paroles de Christ sont effectivement incomparables et supérieure en tout point aux plus volumineux des exposés humains sur la santé mentale et physique jamais écrits.

Personne dans ce monde ne peut vous rendre véritablement heureux.  Seulement lorsque votre relation avec Dieu est bonne est-ce que vous pouvez être réellement heureux.  Les gens autour de vous peuvent aider bien sur, mais ce ne sont pas eux qui vous vous rendre heureux.  Dieu seul peut combler ce besoin-là.  Moi-même, il y a des fois dans ma vie où, selon les circonstances et les idées du monde, je n’aurais pas pu être heureux, mais je l’étais quand même parce que je savais que ma relation avec le Seigneur était bonne!

Les Béatitudes – au début du sermon sur la montagne – commencent par « Heureux ceux …« .  Les paroles de Christ sont très souvent exactement le contraire des paroles de la sagesse de l’homme.

L’homme nous dit que pour avancer nous devons dépasser et vaincre les autres.  Jésus nous dit que pour avancer il faut descendre, s’humilier et laisser l’autre nous dépasser. La sagesse humaine nous dit que pour réussir en affaire il faut parfois écraser la compétition et exagérer la qualité de nos produits.  Christ nous dit de dire la vérité et de bénir notre « compétition » – même nos ennemis.

L’homme dit que pour être heureux il faut s’en enrichir et ne pas avoir de soucis.  Jésus dit,

« Heureux les pauvres en esprit, car le royaume des cieux est à eux!
Heureux les affligés, car ils seront consolés! » – Mat 5:4 

L’homme dit que le bonheur se trouve dans une vie sans troubles.  Jésus nous dit,

« Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des cieux est à eux!
Heureux serez-vous, lorsqu’on vous outragera, qu’on vous persécutera et qu’on dira faussement de vous toute sorte de mal, à cause de moi.  Réjouissez-vous et soyez dans l’allégresse, parce que votre récompense sera grande dans les cieux; car c’est ainsi qu’on a persécuté les prophètes qui ont été avant vous. » – Mat 5:11,12

L’homme dit qu’il suffit d’essayer d’être assez bon et juste pour trouver le bonheur.  Jésus dit,

« Car, je vous le dis, si votre justice ne surpasse celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez point dans le royaume des cieux. » – Mat 5:20

L’homme dit,  « Tu aimeras ton prochain s’il t’aime en retour mais aucun besoin d’aimer ceux qui ne t’aime pas et il faut détester tes ennemis… ».   Mais Jésus dit,

« Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, Mat 5:45  afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes.  Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous? Les publicains aussi n’agissent-ils pas de même? » – Mat 5:44-46

Vous voyez la suite déjà.  En suivant les ordonnances de Christ nous nous trouvons heureux sans essayer d’être heureux.  En suivant les ordonnances des hommes nous nous trouvons malheureux dans le mesure que ces ordonnances sont contraires à celles du Seigneur.  Il ne peut être autrement.

Un homme sage a dit un jour,

« Ce que les hommes on besoin c’est de laver les pieds les une des autres. » 

Par là il signifiait que pour être heureux, pour avoir un monde en paix et en santé mentale, il nous faut nous humilier les uns devants les autres et vivre pour servir et non pour être servit.

Une leçon que le monde en générale, n’a jamais reçu et n’a jamais pratiquer car comme les écritures disent ailleurs,

« Nous étions tous errants comme des brebis, Chacun suivait sa propre voie » – Ésaïe 53:6 

et ailleurs encore,

« Tous sont égarés, tous sont pervertis; Il n’en est aucun qui fasse le bien, Pas même un seul. » – Psa 14:3

et encore,

« Chacun faisait ce qui lui semblait bon. » – Juges 21:25

C’est là la source principale de tous les maux humains, le « je me moi »!

Mais Christ nous a donné la « recette » de la vraie paix intérieure et le vrai bonheur – par l’obéissance à sa parole où on vit pour autrui et non uniquement pour soi-même – tel que la sagesse humaine nous dit, mais qui nous emmène vers le malheur et la destruction au bout de la route.

« Car large est la porte, spacieux est le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là.  Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent. » – Mat 7:13,14 

Son message est autant pour l’homme aujourd’hui que depuis toujours.  Et son message n’est pas très différent du principe de base enseigné depuis le début du monde.

Jésus n’est entrain de dire le contraire des commandements mais il les expose selon leur vrai sens.  Il explique en profondeur les paroles du prophète,

« On t’a fait connaître, ô homme, ce qui est bien; Et ce que l’Éternel demande de toi, C’est que tu pratiques la justice, Que tu aimes la miséricorde, Et que tu marches humblement avec ton Dieu. » – Mic 6:8 

Mais pour faire cela il faut « naître de nouveau », car nos péchés passé nous ont condamné à la mort.  Par la nouvelle naissance – par la repentance envers Dieu et la foi mise en Jésus Christ-  nous pouvons accomplir ces choses mais il nous faut croire et obéir et alors l’Esprit de Dieu nous donne la force et le pouvoir de faire le reste.

Puissions nous tous suivre ce chemin là! Ce chemin est Christ lui-même.

Laisser un commentaire

Aucun commentaire pour l’instant.

Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laissez un commentaire:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s