La Sainte-Cène

« … c’est que le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain,
et, après avoir rendu grâces, le rompit, et dit: Ceci est mon corps, qui est rompu pour vous; faites ceci en mémoire de moi.
De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez.

Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne.

C’est pourquoi celui qui mangera le pain ou boira la coupe du Seigneur indignement, sera coupable envers le corps et le sang du Seigneur.


Que chacun donc s’éprouve soi-même, et qu’ainsi il mange du pain et boive de la coupe;

car celui qui mange et boit sans discerner le corps du Seigneur, mange et boit un jugement contre lui-même.

C’est pour cela qu’il y a parmi vous beaucoup d’infirmes et de malades, et qu’un grand nombre sont morts. 
Si nous nous jugions nous-mêmes, nous ne serions pas jugés.
Mais quand nous sommes jugés, nous sommes châtiés par le Seigneur, afin que nous ne soyons pas condamnés avec le monde.

Ainsi, mes frères, lorsque vous vous réunissez pour le repas, attendez-vous les uns les autres.
Si quelqu’un a faim, qu’il mange chez lui, afin que vous ne vous réunissiez pas pour attirer un jugement sur vous. Je réglerai les autres choses quand je serai arrivé. » – 1Co 11:24-34 

Bien que fait des siècles que les chrétiens pratiquent la partage du pain et du vin autour de la communion ou la sainte-cène, il  reste beaucoup de confusion autour de certains aspects des mots de l’apôtre Paul dans ce rituel.  Les aspects en question sont indiqués dans le passage cité et sont:

* Qu’est-ce qu’il voulait dire par « indignement »?
*
Qu’est-ce qu’il voulait dire par « sans discerner le corps du Seigneur »?
*
Qu’est-ce qu’il voulait dire par « mange et boit un jugement contre lui-même »?
*
Qu’est-ce qu’il voulait dire par « C’est pour cela qu’il y a parmi vous beaucoup d’infirmes et de malades, et qu’un grand nombre sont morts »?

Premièrement,  c’est entre soi-même et Dieu qu’on prend la communion. Ce n’est pas principalement entre soi-même et tous les autres frères et soeurs. Depuis longtemps beaucoup d’église encourage la partage du pain entre frères. Parfois on demande aux gens d’aller voir quelqu’un d’autre pour prier avec ou pour régler les conflits etc..  Il n’y a rien de mal là-dedans, mais cela n’est pas écrit dans le texte biblique, aucune mention même.  La communion est principalement une question de venir comme église et ensemble « annoncer la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne ».

Jésus a dit, « faites ceci en mémoire de moi », et non pas « afin de régler vos conflits personnels » et etc.. Donc on le fait principalement pour annoncer sa mort et pour se souvenir de lui en reconnaissant qu’il a versé son sang et a souffert et est mort dans son corps humain afin de nous sauver de nos péchés.  Ce que les églises décident d’y ajouter est peut-être bien ou non dépendant de si ce qui est ajouté est en accord avec les saintes écritures.

Le but de la communion est justement la communion de l’esprit du croyant avec son Seigneur. Manger son corps et boire son sang (voir Jean 6:53-56), symboliquement bien sur, c’est notre témoignage de sa mort et notre participation dans sa mort. Lorsqu’on mange ce pain et boit cette coupe nous sommes réellement entrain de participer à Christ. Pas par transsubstantiation, comme dise certains groupes, car cela impliquer le cannibalisme, mais spirituellement.

Maintenant pour répondre à la première question:

Qu’est-ce qu’il voulait dire par « indignement »?

1. Ce n’est nullement une question de votre dignité personnel entant que chrétien. Ce n’est la personne qui participe au repas du Seigneur mais la façon dont il participe qui est digne ou indigne!  Trop de bons chrétiens, se sentant indigne à cause d’un péché ou d’un échec dans leur vie, décident de ne pas participer à la communion parce qu’ils se disent indigne suite à tel et tel péché ou faute dans leur vie.

Mais frères et sœurs cela n’est pas la question du tout.  C’est la manière qu’on y participe qui est digne ou indigne et non nous-mêmes.  Qui est digne? Qui n’a pas de défaut? Qui ne fait jamais de péché dans sa vie? Sur le plan du salut tout le monde sait qu’il est indigne et que ce n’est nullement une question de mérite personnel qu’on puisse être sauvé.  Alors, non plus pour la communion.

Au contraire même! C’est justement parce nous ne sommes pas digne et que nous avons encore et toujours besoin de lui et de son sacrifice et intercession, qu’on DOIT prendre la communion.  La communion est justement votre occasion de confesser votre manque personnel et de prendre Christ en vous par le moyen de ce pain et ce vin et de vous faire lavé de vos péchés!

2. Ce qui est mal c’est quand on la prend de façon indigne et cela signifie exactement ce que les Corinthiens faisaient. Alors de quelle manière est-ce que ces gens-là se sont rendu indigne dans leur participation à la sainte communion?  Les Corinthiens traient la communion comme s’il s’agissait d’un festin! Comme d’un vulgaire repas de restaurant ou comme un temps de party et gourmandise.

Les Corinthiens prenaient la sainte-cène comme si c’était la pâque, une fête juive, où on mange et on célèbre plutôt qu’en souvenir de la mort atroce que le Christ a subit pour nous.

3. Une autre façon de manger et boire indignement est en prenant la sainte-cène sans rien comprendre, sans être réellement sauvé, convertit au Seigneur Jésus Christ.

4. Finalement on peut manger et boire indignement quand on le fait avec moquerie, frivolité et sans avoir le respect de Dieu dans notre cœur.

Qu’est-ce qu’il voulait dire par « sans discerner le corps du Seigneur »?

Ici, il y a aussi beaucoup de confusion inutile.  Souvent on entend dire que c’est question de reconnaître notre frère ou soeur comme étant une partie du corps de Christ, l’église.  Parfois cela va jusqu’à dire que si on a un conflit avec quelqu’un qui n’est pas réglé alors on ne discerne pas le corps du Christ.  Tout cela est bien bon à sa place, mais la communion et le discernement du corps dans notre contexte n’a rien à avoir avec cela!

Le contexte historique de notre passage c’est, je le répète,  que les gens de Corinthe vivait la communion comme si c’était juste un autre repas, un pain et un vin vulgaire sans rien de spéciale dans leurs sens symbolique.  Cela faisait qu’il ne discerner pas que c’était le corps et le sang de Christ qui était devant eux.  Paul parlait du corps de Christ représenté dans le pain et le vin et non pas de l’église! C’est là que les Corinthiens étaient coupable, n’ayant pas traité ce pain et vin là avec le respect, l’attitude solennelle et la révérence dû à ce repas spécial-là.

Il n’y a rien de mal à vouloir régler nos conflits avant de participer à la communion, bien sur. Mais cela n’est pas le discernement en question ici! Tout ici est dans la manière que les Corinthiens abusaient de la communion, en la traitant comme un festin de bouffe!

Lors de la communion, je fais ce que j’ai à faire et les autres, c’est pas de mes affaires, je commune avec Dieu et je participe au corps de Christ.

En réalité ce n’est pas à la communion que les écritures nous disent de régler nos conflits personnels, mais avant la prise de l’offrande!

« Si donc tu présentes ton offrande à l’autel, et que là tu te souviennes que ton frère a quelque chose contre toi, laisse là ton offrande devant l’autel, et va d’abord te réconcilier avec ton frère; puis, viens présenter ton offrande » – Mat 5:23

Aïe aïe!! Combien sont prêt à pratiquer les écritures telle quelle, plutôt que tel que nos traditions le disent?!

Qu’est-ce qu’il voulait dire par « mange et boit un jugement contre lui-même »?

Cela n’est pas une damnation comme certaines traductions le disent, mais un jugement dans le sens d’un châtiment qui sera du.

Encore une fois, les chrétiens « charnels » de l’église de Corinthe abusaient du repas de la communion en agissant comme si ce n’était qu’un gros banquet de la communauté: Premier arrivé premier servit! C’est pour cela que Paul commence ce discours par,

« Lors donc que vous vous réunissez, ce n’est pas pour manger le repas du Seigneur; car, quand on se met à table, chacun commence par prendre son propre repas, et l’un a faim, tandis que l’autre est ivre. » -1 Cor 11:21,22

Les Corinthiens arrivaient et ils bouffaient selon « chacun pour soi », et les uns était gourmand et pour les autres mais il n’en resté plus! Ce n’est guère chrétien comme agissement, sans parler du repas spécial de la sainte-cène!  Ils ne discernaient pas que c’était le corps de Christ et non pas un repas pour se nourrir.  C’est là l’interprétation la plus évidente interprétation du passage. Alors pourquoi toute cette confusion sur les règlements de conflits etc.? D’où est-ce que ces enseignements-là viennent? Pas de la bible en tout cas.

Qu’est-ce qu’il voulait dire par « C’est pour cela qu’il y a parmi vous beaucoup d’infirmes et de malades, et qu’un grand nombre sont morts »?

Certes, un manque de respect pour les artifices de la communion, étant les symboles du sang et du corps de notre Seigneur Jésus, amène certains jugements – châtiments – sur la personne qui en est coupable. Selon le contexte, Paul dit que c’est la maladie et même jusqu’à la mort qui peuvent en être le résultats de tels abus de choses sacrées.  Et oui, ce sont les choses réellement sacrées, ce n’est pas un jeu religieux pour s’amuser la communion. Puisque cela représente, et la mort et sacrifice pour le péché du monde de notre Sauveur, et le témoignage de l’église de notre foi en lui, c’est normal que Dieu prend sérieusement tout abus!

Rappelons-nous les paroles sages de l’apôtre encore,

« Et vous avez oubliez l’exhortation qui vous est adressée comme à des fils: Mon fils, ne méprise pas le châtiment du Seigneur, Et ne perds pas courage lorsqu’il te reprend;  Car le Seigneur châtie celui qu’il aime, Et il frappe de la verge tous ceux qu’il reconnaît pour ses fils.
Supportez le châtiment: c’est comme des fils que Dieu vous traite; car quel est le fils qu’un père ne châtie pas?
Mais si vous êtes exempts du châtiment auquel tous ont part, vous êtes donc des enfants illégitimes, et non des fils.

D’ailleurs, puisque nos pères selon la chair nous ont châtiés, et que nous les avons respectés, ne devons nous pas à bien plus forte raison nous soumettre au Père des esprits, pour avoir la vie?
Nos pères nous châtiaient pour peu de jours, comme ils le trouvaient bon; mais Dieu nous châtie pour notre bien, afin que nous participions à sa sainteté.

Il est vrai que tout châtiment semble d’abord un sujet de tristesse, et non de joie; mais il produit plus tard pour ceux qui ont été ainsi exercés un fruit paisible de justice. » – Heb 12:5-11

Aujourd’hui, à entendre trop de croyants parler et même trop de leaders spirituels, on croirait que Dieu ne châtie plus personne, que tout passe, n’importe quel péché connu et habituel; c’est pas un problème parce hé, « Dieu aime tout le monde »!

Oui mais Dieu est également l’ennemi de tous qui se font amis du monde.  Héb 13:4  nous dit par exemple, « Que le mariage soit honoré de tous, et le lit conjugal exempt de souillure, car Dieu jugera les impudiques et les adultères. »  On lit aussi,

« Maintenant, ce que je vous ai écrit, c’est de ne pas avoir des relations avec quelqu’un qui, se nommant frère, est impudique, ou cupide, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne, ou ravisseur, de ne pas même manger avec un tel homme. » – 1 Cor. 5:11 

et

« Ne savez-vous pas que les injustes n’hériteront point le royaume de Dieu? Ne vous y trompez pas: ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, ni les efféminés, ni les homosexuels, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n’hériteront le royaume de Dieu » – 1Co 6:9,10

Dieu est saint est ne peut regarder l’iniquité.  Seul celui qui cherche à vivre selon ses commandements sera justifié car la foi sans les œuvres est morte.

Alors que dire de tout enseignement autre qui n’est pas écrit pour la communion?  C’est nous qui avons ajouté divers aspects spirituels à cette rite, cette pratique de la communion.  Est-ce mal? Non, en autant que ces enseignements s’accordent avec les écritures et l’Esprit de Dieu.

Quel est le rapport ici donc de ne pas discerner le corps dans l’autre sens? Celui de ne pas être en paix avec un frère ou de ne pas reconnaître que tel ou tel est notre frère en Christ?  C’est bien de vouloir l’unité en toute chose. C’est bien de vouloir régler nos conflits avant ou pendant la sainte-cène, certes.  Mais ces choses, aussi bien soit-elles, ces enseignements là ne sont pas nécessaires à la communion comme tels, ils sont bien si Dieu le veut bien sur, mais ils ne font pas parti de l’enseignement sur la sainte-cène, le repas commémoratif de la mort et sacrifice de Jésus Christ pour nous.

Dans le fond ce passage n’a très peu à avoir avec le discernement des frères ou l’église – c’est vraiment plus question des membres qui prenaient la communion comme si ils étaient au restaurant, mais l’aspet spirituel de l’idée de discerner aussi notre frère (et sa place dans le corps, l’église) est quand même bonne.

Bref, il faut pratiquer la sainte-cène avec le respect, la connaissance de sa signification et le cœur à la bonne place devant Dieu, humblement le remerciant de son sacrifice pour nous. La saint-cène, traitant aussi du corps de Jésus, représenté par le pain, est un moment excellent pour demander et d’attendre les guérisons physiques.

En mémoire de moi

Un commentaire

  1. justement christ est notre salut c,est pourquoi nous celebron la sainte cene en sa memoire.mais?faites le dignement. bonne fete de paque a tout les chretiens.


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laissez un commentaire:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s