La Peine Capitale, Bien ou Mal?

« Mais si quelqu’un agit méchamment contre son prochain, en employant la ruse pour le tuer, tu l’arracheras même de mon autel, pour le faire mourir. » -Exode 21:14

Aujourd’hui, le monde est un bourbier bouillonnante de la confusion morale. Nous avons beaucoup de folie qui se déchaînent dans les gouvernements et la vie publique sur le plan moral. Les détenus semblent diriger l’asile. Les criminels semblent diriger dans les prisons. Ce qui a été autrefois sainte est désormais profane et ce qui était autrefois une abomination est maintenant loué par les plus hautes chaires de la société comme une bonne chose.

D’un côté nous avons la peine de mort étant retiré de la sanction de la loi et de l’autre, nous avons l’assassinat des enfants sanctionné comme «bon» simplement parce qu’ils sont encore dans l’utérus ou parce qu’ils ne sont pas vraiment humains à tous encore (voir Peter Singer et al.).

Curieux comment le monde va depuis que Dieu est rejeté. Il est maintenant remplacé par les idées du « fitness » basé sur le Darwinisme , sur des caprices culturels collectives mises à l’encan au plus offrant et vendus par l’utilisation de techniques de marketing sournois.

Je présente ici quelques-unes des raisons pour lesquelles la peine capitale est une sanction nécessaire pour des crimes spécifiques.

Ce serait tellement bien si nous vivions dans un monde véritablement pacifique dans lequel tous les citoyens vivaient par la règle d’or.  Malheureusement, ce n’est pas le cas.  Au contraire, parce que les humains ont le libre arbitre et la motilité, et parce que cela signifie que l’égoïsme ne peut exister et existe, nous vivons dans un monde où les personnes égoïstes peuvent faire des choix libres de violer, piller et assassiner les autres pour leur propre profit et raisons.

Le pacifisme parfait devient tout simplement pas possible dans un tel monde.

Oui la peine capitale est dure et difficile à contempler sans dire raide à voir.  Ce n’est pas une chose souhaitable.  C’est laid, c’est pas beau.  Il serait mieux de trouver d’autre solutions.  Cependant Dieu a parlé, et ce qu’il dit est pour des raisons précises et justes.

La violence est malheureusement parfois le seul moyen disponible pour arrêter des gens égoïstes de détruire la vie des autres. Personnellement, je déplore la violence de toutes sortes. Mais, je déplore aussi nécessairement des crimes de violence commis contre des personnes innocentes.

C’est pourquoi je pose les questions suivantes:

  • Si toutes les violences (usage de la force) étaient toujours tort pourquoi avons-nous des forces policières armées pour tuer?
  • Si tout usage de force meurtrière était toujours mal, pourquoi avons-nous des armées?
  • Que serait le monde, s’il n’y avait pas de policier armée ni aucune armée?
  • Si aucun quantité de meurtre ne peut jamais mériter le forfait de la vie de l’auteur alors quelle est la vraie valeur de la vie?
  • Compte tenu de cela, est-ce que la vie de l’auteur d’un meurtre vaut plus que la vie de ses victimes?

Quelle serait l’espérance de vie d’un officier de police non armé à son emploi? Combien de criminels violents profiteraient du policier désarmé? Ensuite, combien de policiers seraient impitoyablement assassiné en devoir? Enfin, à la lumière de cela, qui, dans leur bon sens, voudrait devenir policier?

Il devient plus qu’évident assez vite, lorsqu’on prend le temps de réfléchir, que dans un monde violent la suppression de toute forme de la peine capitale ne pourrait pas produire la paix, la sécurité ou la justice. Car le policier ou le soldat armée qui abat un criminel ou un envahisseur vient d’exercer la peine capitale sur ce dernier!

Une étude très superficielle de l’histoire est suffisante pour révéler que là où il n’y a pas application de la loi il n’y a pas de véritable loi du tout, et où il n’y a pas application d’agent de la  loi armé, l’application de ces lois devient impossible en proportion direct avec la hausse de l’égoïsme et de la criminalité des individus.

L’intelligence et la vertu généralisée dans une population sont les seules raisons pour permettre des libertés démocratiques. Lorsque l’intelligence et la vertu sont abandonnés dans une société, au profit de la stupidité morale et de l’hédonisme, ou les libertés ou la sécurité publique est naturellement perdue, ou les deux.

Qu’est-ce qui se passerait, selon les pacifistes, si toutes peines de mort était interdite? Nous savons tous qu’eux-même ne seraient pas vivants très longtemps. Ils auraient probablement vécu moins longtemps que l’homme qui s’arme. Les criminels qui ont recours à la force mortelle ne seraient pas arrêté par une règle simple écrite mais sans application. En effet, il n’y a pas de loi sans sanction et d’application de ces santions.

Maintenant, cela nous mène clairement à la question suivante: si la peine capitale étaient toujours mal pourquoi est-ce que  nos policiers et nos soldats sont-ils armés de force mortelle?

Quand un soldat tire et tue un ennemi envahissant, il met en pratique de la peine capitale. Quand un policier tire et tue un criminel, sur le point de commettre un meurtre par exemple, il est pratique l’application d’une peine de mort contre le criminel, sur le coup- sans tribunal et sans jugement de la cour! Par conséquent, si toutes les peines capitales sont toujours un mal, alors est-ce que ce soldat, ce policier sont également en tort grave? Est-ce que la personne qui aurait été la victime le penserait? Évidemment non.

Existait-il une autre façon d’arrêter une armée envahisseur? Si oui, nous serions tous pour cela. Existait-il une autre façon d’arrêter un assassin? Même réponse.  Bien sûr, dans le cas d’un meurtre imminente, un policier qui peut utiliser d’autres forces non mortelles, comme un taser, si possible.
Mais là nous entrons dans la question des circonstances particulières qui font justifier ou non que la force meurtrière doit être utilisée ou non, et je ne vais pas y aller dans cet article.

Le point est qu’il y a en effet beaucoup d’incidents dans lesquels la réponse de la force meurtrière, c’est-à-dire, la peine capitale, (face à une menace illégale où un dommage grave contre une personne est imminent), est la bonne réponse.

La question se pose cependant de savoir si celui qui a commis volontairement un meurtre devrait être tué lui-même après le crime? C’est le véritable nœud du débat.

Ceux qui s’opposent à la peine capitale disent le plus souvent que, « si on tue le tueur, nous faisons exactement ce qu’il a fait et ne sont donc pas mieux que lui« .  Cette façon de penser signifie que, selon ce point de vue, qu’aucune quantité de meurtre, de torture ou viol ne peut apporter le forfait de la vie de l’auteur lui-même. Il est cependant clair que cette vision implique que la vie de l’assassin, en fait, vaut plus que toutes les vies de ceux qu’il a tué! Peut-on sérieusement croire à cela?

Le point de vue qu’aucune peine de mort ne doit être appliquée qu’importe le crime, implique que les principes stricts de la justice ne doivent pas être appliquée pour le tueur!  « Comment ça? », vous-vous demandez? Sous la justice stricte, si vous voler 100 dollars que vous devez rembourser 100 dollars plus des dommages à la personne ou organisme volé.  Si vous volez une voiture alors la valeur de la voiture doit être restitué à la victime ainsi que des dommages en salaires perdus etc..

Là encore, une loi sans sanction n’existe pas.  Les sanctions d’une loi doivent nécessairement être égales à la valeur des lois en question.  Bruler un Stop, par exemple, n’est pas digne d’un sentence de vie en prison. Dépasser la limite de vitesse ne mérite pas d’avoir un bras amputé.  Avoir volé une miche de pain ne mérite pas d’avoir la main les amputés.

De telles sanctions ne sont pas juste et ne sont pas proportionnelles  à l’infraction, mais elles seraient des injustices graves elles-mêmes.  La balance de la justice serait sérieusement détraqué, si de telles sanctions sévères ont été appliquées à de telles infractions mineures.

Alors, que dire du meurtre volontaire? Vraiment pas une infraction mineure! Alors, peut-on dire qu’une  vie n’est pas égale à une autre vie? Comment peut-on faire semblant que tel est le cas? Ceux qui prêchent ce genre de déséquilibre sévère de la justice, en affirmant qu’en fait une vie n’est pas égale à une autre vie ne comprennent pas la nature même de la justice elle-même. Si la sanction pour loi qui dit, «vous ne devez pas commettre un meurtre», est inférieure à la valeur de ce précepte et inférieure aux conséquences de l’infraction, la justice n’est pas servi du tout.  En supprimant la peine de mort pour ces crimes, nous avons en effet tué la justice elle-même en déclarant que la vie du meurtrier vaut plus que la vie de sa victime.

Sous une telle vue déformée, nous ne pouvons trouver de justification pour avoir soit les forces de police armées ou avoir une  armée quelconque!  Toute exécution serait un meurtre.  Le soldat défendant son pays contre les envahisseurs avec une force fatale autant que l’officier de police empêchant un meurtre – les deux seraient également des meurtres.

Autre exemple: tout homme a le droit et le devoir de protéger sa famille contre un intrus dans sa maison. S’il y a une intention claire de violer, voler et à tuer, une force meurtrière est justifiée, si aucun autre moyen n’est disponible. Tout homme qui ne le fait pas serait un lâche et un déshonneur, pour avoir laissé sa famille subir à ces crimes horribles.

Par conséquent, si l’usage de la force meurtrière utilisée dans ces circonstances n’est pas moralement condamnable, comment pouvons-nous voir l’utilisation retardée d’une force meurtrière, après le crime, comme moralement condamnable? Une vie est égale à une vie et donc une stricte justice exige vie pour vie.

Environ deux mille ans et homme de grand savoir et d’expérience a déclaré, concernant les agents de la loi:

«Le magistrat est serviteur de Dieu pour ton bien. Mais si tu fais le mal, crains; car ce n’est pas en vain qu’il porte l’épée, étant serviteur de Dieu pour exercer la vengeance et punir celui qui fait le mal.» l’apôtre Paul dans sa lettre aux chrétiens de Rome, Rom 13:4 

Ne pas porter l’épée en vain signifie que son usage est justifié par Dieu dans des cas de crimes capitaux et oui, jusqu’à force meurtrière.

Pour rester logique et cohérent, ceux qui s’opposent  à la peine capitale sont obligés de s’opposer à l’existence de policiers armés et des armées nationales. Est-ce qu’il y a quelqu’un de sensée qui serait prêt à plaider pour cela? Permettez-moi d’en douter sérieusement. Seulement dans un monde idéale et parfait.

Est-ce que je fais la promotion de la peine capitale dans tous les crimes capitaux? Non, il est en effet une place pour la miséricorde, la clémence et le pardon.  Cependant rien que la clémence et le pardon est exactement égal aucune justice, jamais.

Jacques nous dit, « car le jugement est sans miséricorde pour qui n’a pas fait miséricorde. La miséricorde triomphe du jugement. » Jas_2:13
Cependant, si aucun jugement, aucune châtiment ou punition, n’est jamais appliqué, la loi devient sans sanctions et devient aussi donc aucune loi du tout.

Un commentaire

  1. […] Voir l’article sur la justice des sanctions de la loi de Dieu et aussi l’article sur la peine capitale pour mieux comprendre ces principes […]


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laissez un commentaire:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s