Relativisme et Discernement dans l’Église

Nous vivons à l’époque de la fuite des absolus. Le relativisme est « la thèse selon laquelle le sens et la valeur des croyances et des comportements humains n’ont pas de références absolues qui seraient transcendantes. » (wikipédia)

« Tout est relatif! », dit-on constamment de nos jours. On entend cette expression même dans les églises aussi.  Généralement c’est dit de façon inoffensive et sans réflexion mais en dessous il y le relativisme caché tout de même. C’est imprégné dans le monde de nos jours; on le voit dans l’éducation, publicité, dans les arts, dans le sport, la politique, le cinéma et dans le travail de tous les jours.

Le relativisme a cependant un problème fatal.

Si vraiment tout est relatif et sans absolus, alors le relativisme est aussi relatif et sans absolus.  Cela signifie que si le relativisme est vrai il ne peut pas être vrai!  Curieux n’est-ce pas?  En plus clair, s’il n’y a pas de références absolues et transcendantes, le relativisme lui-même est sans référence et donc est sans valeur. Bref, il est auto-contradictoire.

Par exemple, récemment un jeune homme non croyant m’a dit qu’il « n’y a pas de vérité ».  Ce jeune, bien endoctriné dans le relativisme depuis la petite école où cette philosophie est enseignée depuis bien des années, ne fait que répéter ce qu’il a entendu et cru.  Que ce soit de manière directe, ou subtilement caché dans d’autres enseignements, le jeune était convaincu que la vérité n’existe pas réellement.

Mais réfléchissez juste une minute.  Quand quelqu’un me dit, « Il n’y a pas de vérité », je réponds, « Est-ce la vérité? ».

Vous voyez le problème? Il est certain que s’il n’y a pas de vérité alors la proposition « il n’y a pas de vérité » ne peut pas elle-même être vrai! Cela constitue la faille fatale du relativisme.  Le relativisme est donc auto-contradictoire par définition et conséquemment futile et dangereux lorsqu’il est adopté -même inconsciemment.

Malgré que cela soit un fait si flagrant, cette philosophie se trouve prise pour acquise partout le monde aujourd’hui.  Pourquoi? Justement parce qu’elle est enseignée depuis la première année de l’école jusqu’à la dernière! Et si on va à l’université elle est enseignée de façon directe, sans subtilité, ni gêne, ni questionnement.  Pire que cela, la personne qui ose dire le contraire est généralement ridiculisée! Mais pire encore est le fait vérifiable et démontrable que cette philosophie a été subtilement imposée dans tout le système d’éducation publique il y plusieurs décennies par des  groupes et individus bien organisés de « humanistes séculiers ».

Le « Humanisme Séculier » est une tentative de fonctionner comme une société civilisée, à l’exclusion de Dieu et de ses principes moraux. Au cours du dernier siècle, les humanistes ont eu beaucoup de succès dans la propagation de leurs croyances. Leur première approche consiste à cibler les jeunes dans le système scolaire public. L’humaniste Charles F. Potter écrit:

«L’éducation est donc un allié le plus puissant de l’humanisme, et chaque école américaine est une école de l’humanisme. Que peut faire la réunion d’une école de dimanche théiste pendant une heure une fois par semaine qui n »enseigne qu’une fraction des enfants, pour endiguer la marée du programme de cinq jours de l’enseignement humaniste?  » (Charles F. Potter, « L’humanisme: une nouvelle religion», 1930)

Regardez bien la date, 1930! Avance rapide jusqu’à aujourd’hui; pour ceux qui comprennent la situation et qui connaissent l’humanisme séculier, il est très évident, même frappant, de voir à quel point ces gens-là ont réussit le coup de prendre le contrôle des systèmes scolaire publique en Amérique du Nord, y compris le système Canadien.  La même chose a été accompli en Europe après la deuxième guerre mondial, et par le même type de personnage humaniste.

John J. Dunphy, dans son essai, L’Humaniste (1983), illustre cette orientation stratégique,

« La bataille pour l’avenir de l’humanité doit être engagée et gagnée dans la salle de classe des écoles publiques par les enseignants qui perçoivent correctement leur rôle de prosélytes d’une foi nouvelle: Une religion de l’humanité – en utilisant une salle de classe au lieu d’une chaire [de prédication] pour réaliser les valeurs humanistes partout où ils enseignent. La salle de classe doit être, et sera devenue, une arène de conflit entre l’ancien et le nouveau – le cadavre pourrissant du christianisme, avec ses maux adjacents et de la misère, et la nouvelle foi de l’humanisme. « 

Pour eux, c’était une mission aussi passionnée que celle des apôtres de Christ, mais pour transformer le monde en école de l’humanisme relativiste.  Certes, l’humanisme et relativisme sont nécessaire l’un à l’autre.

Maintenant, comment est-ce que le relativisme peut-être discerné dans les églises?

On voit l’influence du relativisme quand on entend les gens argumenter contre les écritures sous prétexte que c’est « juste ton interprétation ». On le voit quand un débat commence sur un sujet duquel la bible parle déjà très clairement mais que le sujet est traité comme une simple opinion. On le voit lorsque l’église adopte de plus en plus la pensée du monde séculier.  Cela se voit quand l’église et ses membres cessent de lutter contre le péché et le diminue dans son sérieux. On le voit flagrant quand les chrétiens adoptent et utilisent le même langage sur les mêmes sujets que les humanistes.  Un exemple triste et de voir combien d’église ont accepté l’avortement et l’homosexualité tout en traitant les gens qui s’y opposent en « intolérant » et « homophobe », termes fort utilisés dans la littérature et plan de marketing des activistes gais.

Il faut ici noter la différence entre une opinion et un fait réel ou une vérité. Exemple: Quand on dit que 1 + 1 = 2 on dit une vérité absolue.  Ce n’est pas une opinion qu’on peut contester ni un point de vue personnel, mais un fait réel qui ne peut pas être changé. On ne peut dire, « C’est juste ton opinion ça, moi je crois que 1 + 1 = 3 et mon opinion est aussi valable que la tienne ».

Bref, il y a des faits, des réalités, des vérités incontestables qui ne sont pas assujettis à l’opinion mais qui sont réels qu’on le croit ou non.

Par contre, si on dit, « J’aime la crème glacée au fraises. »; et que l’autre dit, « Moi j’aime la crème glacée au chocolat », là il est clair qu’il s’agit d’opinion personnel.  C’est des « vérités » subjectives parce que la personne peut changer d’idée n’importe quand.  Il est purement question de gout personnel.   Ce ne sont pas des vérités pures et objectives qui ne peuvent pas changer par une simple décision personnelle.

Maintenant la bible, par exemple, dit que la nation d’Israël était autrefois esclave en Égypte.  Est-ce que je peux avoir une opinion personnelle là-dessus qui contredit ce fait historique? Comme dire, « Non, Israël n’a jamais était esclave en Égypte »?  Oui, mais puisqu’il y a une contradiction évidente, les deux énoncés ne peuvent être vraies en même temps. Donc je peux bien croire ce que je veux mais dans ce cas j’aurais tout simplement tort et je serais en fait en instance de renier la réalité.

On appelle ça la loi de la non-contradiction, en termes de logique formelle cette loi « nie la conjonction d’une proposition p et de sa négation non-p« , ce qui signifie tout simplement que deux choses contradictoires ne peuvent être vraies en même temps.

Ex. comme ci-dessus, dire: »1+1 = 2″ ET « 1+1 = 3 », constitue une contradiction fatale pour l’un des deux propositions.  Clairement l’un ou l’autre est vrai mais pas les deux.

De nos jours il y cependant des gens, généralement des athées bien sûr, qui cherchent par plusieurs artifices du langage à défaire la loi de non-contradiction. Mais le problème pour ces pauvres-là c’est qu’il est impossible de falsifier cette loi sans la prendre pour acquise dans n’importe quel argument utilisé. On ne peut pas défaire cette loi de non-contradiction sans présumer d’avance, dans l’argument contre elle, qu’elle est vraie! En d’autres mots, on ne peut pas défaire cette loi en logique sans l’utiliser! Cela signifie que toute tentative de contourner la loi de non-contradiction est perdue d’avance. Toute tentative de prouver le contraire de cette loi est donc, en fait, une preuve de cette loi!

Les membres des églises sont exposés constamment au relativisme. Même les séminaires modernes et collèges biblique sont « infiltrés » par cette façon de voir le monde. De plus en plus de prêtres Catholiques, par exemple, sortent des séminaires athées ou agnostiques. Chez les protestants c’est similaire.

Ce fait a crée dans les églises une situation où les gens peuvent croire chacun quelque chose qui est opposé à la bible sans même s’en rendre compte. Le relativisme, enseigné fidèlement et avec certitude absolue dans tout notre système, a véritablement exercé l’effet exacte d’un lavage de cerveau dans le publique en générale.

Puisque les églises sont composées du monde en général, il était donc inévitable – sans enseignements et exhortation constante du contraire- que cette philosophie néfaste et illogique soit entrée dans l’église.

Les conséquences du relativisme dans l’église sont une faiblesse accrue de la capacité des membres de discerner entre le bien et le mal, entre la vérité et le mensonge, entre la lumière et les ténèbres.  On le constate plusieurs fois dans des rencontres publiques et privées.  C’est largement pour cette raison qu’on voit de plus en plus d’acceptation de péchés graves et de faussetés de toute sorte parmi les croyants sans prise de conscience.

C’est justement cela qui crée également cet attitude d’insouciance devant le péché.  Les chrétiens finissent en adoptant la mentalité de « tolérance » à l’extrême d’un coté et d’aucune tolérance de l’autre.  Curieux! On ne tolère pas celui qui dit un mot contre tel ou tel péché parce qu’on le traite d’intolérant! Mais on tolère le péché même souvent sans questionnement! C’est le monde à l’envers comme on dit.

La tolérance est devenu le péché numéro un du monde. Le discernement des gens est brouillé à cause des effets du relativisme. Le relativisme cause nécessairement ce qu’on appel « la dissonance cognitive« . C’est ce qui arrive lorsqu’on tient dans notre esprit deux ou plusieurs idées contradictoires en même temps, sans s’en rendre compte.  Il y a une sorte de court circuit crée dans la logique à cause de cela et on devient,  en difficulté de discerner entre mensonges et vérités.

Alors comment est-ce que nous pouvons ramener nos églises sur la bonne voie de la vérité biblique?

La situation, à l’heure actuelle, est si grave que sans intervention divine, le tache serait carrément impossible. L’église est déjà infiltrée par cette idéologie sans dessein, au point qu’il n’est tout simplement pas possible de le corriger dans une seule génération.  Les conséquences sur le monde futur seront dévastatrices.

Cependant, il y a espoir.  Car, ce qui est impossible aux hommes est possible pour Dieu! Tout est possible à celui qui croit parce que tout est possible pour le Dieu en qui on croit! La prière, je jeûne, le sacrifice et la foi en Dieu peuvent renverser une situation impossible. Dieu est bon. Dieu est toujours assis sur le trône du cosmos et  du ciel. Il n’a pas abdiqué son autorité sur la terre et Christ DOIT régner jusqu’à ce que le Père fasse de ses ennemies son marchepied.

Il n’y a aucun doute où le combat finira.  Il n’y a pas le moindre soupçon que Jésus Christ ne finira pas la construction de son Église. Et, les portes de l’enfer de prévaudront pas contre elle.

Il est temps maintenant d’accepter l’appel du Christ se voyage au travers le monde sur le cheval blanc, disant à tout les croyants, »Montera-tu avec moi? »

Je fais appel à tous les pasteurs, à tous les évangélistes, à tous les prophètes, apôtres, enseignants et à tous les fils et filles de Dieu de commencer ou continuer plus hardiment que jamais le bon combat. L’heure n’est pas à la timidité, ni la peur, ni la lâcheté mais au courage et à l’audace.  C’est le jour des soldats de lumière de se lever en force et en unité et de crier au ciel pour le réveil international si souvent prédit. C’est le temps pour les justes de s’élever contre le mensonge et les ténèbres au nom de notre tout puissant Seigneur des Armées, Jésus Christ, Roi des rois.

Lève-toi enfant de Dieu, saisit ton épée de l’Esprit – la Parole de Dieu. Criez au ciel comme David,

« Lève-toi, ô Éternel! Que l’homme ne triomphe pas! Que les nations soient jugées devant ta face!
Frappe-les d’épouvante, ô Éternel! Que les peuples sachent qu’ils sont des hommes! » – Psa 9:20
« Lève-toi, pour nous secourir! Délivre-nous à cause de ta bonté! » -Psa 44:26
« Que Dieu se lève, que ses ennemis soient dispersés, et que ceux qui le haïssent s’enfuient devant lui. » -Psa 68:1
« Lève-toi, ô Dieu! plaide ta cause, souviens-toi des outrages que te fait tous les jours l’insensé.
N’oublie pas la voix de tes adversaires: le tumulte de ceux qui s’élèvent contre toi monte continuellement » – Psa 74:23
« Que les louanges de Dieu soient dans leur bouche, Et le glaive à deux tranchants dans leur main,
Pour exercer la vengeance sur les nations, Pour châtier les peuples,
Pour lier leurs rois avec des chaînes Et leurs grands avec des ceps de fer,
Pour exécuter contre eux le jugement qui est écrit! C’est une gloire pour tous ses fidèles. Louez l’Éternel! »

Les anges de Dieu seront envoyés pour nous accompagner dans ce combat.

Publicités

2 commentaires

  1. Ah! Le relativisme et le discernement! L’unique solution nous est donnée par saint Jean : « Qui fait le bien est de Dieu, qui fait le mal ne l’a pas encore connu » (Cf 3 Jean 11)!

    • Oui, est pour citer le reste,

      « Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui-même est pur.
      Quiconque pèche transgresse la loi, et le péché est la transgression de la loi.
      Or, vous le savez, Jésus a paru pour ôter les péchés, et il n’y a point en lui de péché.
      Quiconque demeure en lui ne pèche point; quiconque pèche ne l’a pas vu, et ne l’a pas connu.
      Petits enfants, que personne ne vous séduise. Celui qui pratique la justice est juste, comme lui-même est juste.
      Celui qui pèche est du diable, car le diable pèche dès le commencement. Le Fils de Dieu a paru afin de détruire les oeuvres du diable.
      Quiconque est né de Dieu ne pratique pas le péché, parce que la semence de Dieu demeure en lui; et il ne peut pécher, parce qu’il est né de Dieu.
      C’est par là que se font reconnaître les enfants de Dieu et les enfants du diable. Quiconque ne pratique pas la justice n’est pas de Dieu, non plus que celui qui n’aime pas son frère. » 1Jn 3:3-10


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laissez un commentaire:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

  • Religion: Folie ou Raison

  • Générations Héros

  • Fuite de l’Absolu I

    Fuite de l'Absolu
  • Fuite de l’Absolu II

  • Hors du Ghetto

  • Calendrier

    mai 2011
    L M M J V S D
    « Avr   Juin »
     1
    2345678
    9101112131415
    16171819202122
    23242526272829
    3031  
  •