La Femme dans la Bible

On entend souvent dire que la religion traite toujours mal les femmes, que la religion abaisse les femmes et que la religion Chrétienne même place la femme comme inférieure à l’homme. Il est certainement vrai que plusieurs religion abaisse et même encourage la violence envers les femmes, comme Islam.

"Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs bien. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand!" -Surah 4:34 – le Coran

Cependant, j’entends de la part de certains non chrétiens et même certains hommes chrétiens, que la bible traite la femme de façon aussi méprisable. Et bien c’est tout simplement faux.

En fait, la bible, parmi les livres dites "sacré" dans ce monde fait justement le contraire. Elle exalte la femme et la mets sur un piédestal d’honneur. Preuves?

La première énoncé de la venu de Christ a été donnée à une femme – Ève, en Genèse 3:15,

Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité: celle-ci t’écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon.

Dans l’histoire de Jacob et Ésaü, c’est la femme Rébecca qui a cru et agit selon la parole du Seigneur donnée lors de leur naissance pour le destin de Jacob, et non pas Isaac.  Isaac au contraire voulait donner la bénédiction principale à Ésaü sans égard à la parole de Dieu.

Lorsque Dieu en voulait à Moïse pour ne pas avoir circoncis ses fils, c’est sa femme Séphora qui a agit pour sauver Moïse.

"Séphora prit une pierre aiguë, coupa le prépuce de son fils, et le jeta aux pieds de Moïse, en disant: Tu es pour moi un époux de sang!" – Exo 4:25 

C’est une femme qui a eu la vie sauve dans la bataille contre Jéricho, Rahab, qui a cru en l’Éternel et a accepté d’abriter les espions Juifs.

Dans le livres des Juges quand aucun homme n’était à la hauteur pour juger Israël c’est une femme qui Dieu a choisir, Débora, la prophétesse. Même quand le combat devait être engagé entre les hommes de Barak et les forces de Sisera c’est à une femme que Dieu a donné l’honneur de la victoire à une femme.

"Barak lui dit: Si tu viens avec moi, j’irai; mais si tu ne viens pas avec moi, je n’irai pas.
Elle répondit: J’irai bien avec toi; mais tu n’auras point de gloire sur la voie où tu marches, car l’Éternel livrera Sisera entre les mains d’une femme." – Juges 4:9

La femme Jaël a reçu Sisera dans sa tente et l’as tué. Il est écrit de Jaël une parole remarquablement similaire à celle donnée à Marie, la mère de Jésus,

"Bénie soit entre les femmes Jaël, Femme de Héber, le Kénien! Bénie soit-elle entre les femmes qui habitent sous les tentes!  – Juges 5:24

Deux livres complète de la bible porte les noms de femmes: Ruth et Esther, tels était leur dignité devant Dieu pour ainsi être incluse dans le canon même des saintes écritures. Et Ruth n’était même pas une femme d’Israël!

Un livre complète est également dédié à l’amour entre l’homme et sa femme, le Cantiques des Cantiques.  Il est intéressant de noter que c’est ce chant-là qui est considéré comme le plus grand des chants.

Dans le Nouveau Testament, nous voyons la femme placée en honneur avec les mentions de quatres femmes dans les génalogies de Christ lui-même.  Soit, Thamar, Rahab, Ruth et Bathshéba. Chose très inusitée pour les généalogies Hébreux.

Lorsque l’énoncé de la naissance de Christ était donnée à Marie elle a cru.  Lorsque l’énoncé de la naissance de Jean Baptiste fut donnée à Zacharie, il n’a pas cru.

Aucun homme n’a oint Jésus durant sa vie mais deux femmes oui.

"Et voici, une femme pécheresse qui se trouvait dans la ville, ayant su qu’il était à table dans la maison du pharisien, apporta un vase d’albâtre plein de parfum, et se tint derrière, aux pieds de Jésus. Elle pleurait; et bientôt elle lui mouilla les pieds de ses larmes, puis les essuya avec ses cheveux, les baisa, et les oignit de parfum" – Luc 7:37,38

Jésus par la suite a lancé plusieurs reproches à l’homme qui était présent à cet occasion, mais seulement des louanges à la femme "pécheresse" qui l’a fait de plein coeur.

"Marie, ayant pris une livre d’un parfum de nard pur de grand prix, oignit les pieds de Jésus, et elle lui essuya les pieds avec ses cheveux; et la maison fut remplie de l’odeur du parfum." – Jean 12:3

Cette femme a reçu de Jésus une honneur bien au-delà des autres car Jésus a dit,

"Je vous le dis en vérité, partout où cette bonne nouvelle sera prêchée, dans le monde entier, on racontera aussi en mémoire de cette femme ce qu’elle a fait." – Mat 26:13 

Une telle énoncé n’a jamais été donnée par le Seigneur sur un homme que ce soit.

Quand Jésus fut arrêté on lit,

"…Alors tous les disciples l’abandonnèrent, et prirent la fuite." – Mat 26:56

Mais, quand notre Seigneur fut crucifié, les femmes sont venues,

"Il y avait là plusieurs femmes qui regardaient de loin; qui avaient accompagné Jésus depuis la Galilée, pour le servir. Parmi elles étaient Marie de Magdala, Marie, mère de Jacques et de Joseph, et la mère des fils de Zébédée." – Mat 27:55 

Ce sont des femmes qui ont pris soin du corps de Jésus après la crucifixion,

"Les femmes qui étaient venues de la Galilée avec Jésus accompagnèrent Joseph, virent le sépulcre et la manière dont le corps de Jésus y fut déposé, et, s’en étant retournées, elles préparèrent des aromates et des parfums. Puis elles se reposèrent le jour." -Luc 23:55

C’est des femmes qui ont été les premiers témoins de la résurrection de Christ,

"Le premier jour de la semaine, elles se rendirent au sépulcre de grand matin, portant les aromates qu’elles avaient préparés.
Elles trouvèrent que la pierre avait été roulée de devant le sépulcre; et, étant entrées, elles ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus." – Luc 24

C’est ces femmes qui ont été les premiers a annoncer la résurrection de Christ,

"A leur retour du sépulcre, elles annoncèrent toutes ces choses aux onze, et à tous les autres.  Celles qui dirent ces choses aux apôtres étaient Marie de Magdala, Jeanne, Marie, mère de Jacques, et les autres qui étaient avec elles." – Luc 24:9, 10 

Quand ces mêmes femmes ont annoncé la résurrection, c’est les hommes qui ne le croyaient pas,

"Ils tinrent ces discours pour des rêveries, et ils ne crurent pas ces femmes." -Luc 24:11 

C’est également à une femme, Marie de Magdala, que le Christ ressuscité s’est présenté premièrement après sa résurrection,

"En disant cela, elle se retourna, et elle vit Jésus debout…" – Jean 20:14 

Bien d’autres exemples de l’honneur que la bible accorde aux femmes pourraient être notés ici. En conclusion, dans la lumière qui nous apporte tous ces textes, il est étonnant que des gens pensent toujours aujourd’hui que la bible dénigre les femmes.

Dans la suite, dans les épitres aussi on voit beaucoup d’honneur donnée aux femmes.  Les femmes pouvaient être leaders dans l’église et nous avons l’exemple de Phoebé,

"Je vous recommande , notre soeur Phoebé, qui est diaconesse de l’Église de Cenchrées,…" – Rom 16:1 

Paul accepté des femmes avec lui dans le service,

"Saluez Prisca et Aquilas, mes compagnons d’oeuvre en Jésus Christ,…" – Rom 16:3 

Prisca est un surnom, un nom d’affection, pour Priscille dont ont voit,

"Les Églises d’Asie vous saluent. Aquilas et Priscille, avec l’Église qui est dans leur maison, vous saluent beaucoup dans le Seigneur." – 1Cor 16:19

Certes, la bible donne une place honorable à la femme alors l’homme doit en faire autant.

femmes de la bible

5 Commentaires

  1. Ce qui est dit dans le coran au verset qui a étais cité de manière a transformer les parole d’Allah en quelque chose de terrible et en désaccord avec votre religions qui est le christianisme.
    J’ai le coran sous les yeux et il est cité;
    "Les hommes ont la charge et la direction des femmes en raison des avantages que Dieu a leur a accordés sur elles, et en raison aussi des dépenses qu’ils effectuent pour assurer leur entretien. (En revanche,) les épouses vertueuses demeurent toujours fidèles à leurs mari pendant leur absence et préservent leur honneur, conformément à l’ordre que Dieu a prescrit. Pour celles qui ce montre insubordonnées, commencez par les exhortez, puis ignorez-les dans votre lit conjugal et, si c’est nécessaire, corrigez-les. Mais dès qu’elles redeviennent raisonnables, ne leur cherchez plus querelle. Et Dieu est le maître souverain." sourate 4 verset 34

    Il est non pas dit frappez-les mais corrigez-les.
    Lisez le coran avant de mettre des phrases que vous prétendez venir du coran, alors que ce n’est qui des phrases qui ont étais inventé par des personnes déplacer en vers l’Islam et non pas des paroles divines.

    • Vous vous trompez parce que vous lisez une unique traduction française.

      "Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celles-ci, et aussi à cause des dépenses qu’ils font de leurs bien. Les femmes vertueuses sont obéissantes (à leurs maris), et protègent ce qui doit être protégé, pendant l’absence de leurs époux, avec la protection d’Allah. Et quant à celles dont vous craignez la désobéissance, exhortez-les, éloignez-vous d’elles dans leurs lits et frappez-les. Si elles arrivent à vous obéir, alors ne cherchez plus de voie contre elles, car Allah est certes, Haut et Grand ! (Coran 4,34)"
      – Traduction Hilali & Khan – Dr. Muhammad Muhsin Khan and Dr. Muhammad Taqi-ud-Din al-Hilali – autorisé par le "King Fahd Complex for Printing the Holy Quran"

      Voir aussi http://quran.com/4
      Et http://sajidine.com/coran_ecrit/004.htm
      Et ici: http://corpus.quran.com/wordmorphology.jsp?location=%284:34:29%29

      L’originale dit :

      وَاللاَّتِي تَخَافُونَ نُشُوزَهُنَّ فَعِظُوهُنَّ وَاهْجُرُوهُنَّ فِي الْمَضَاجِعِ وَاضْرِبُوهُنَّ

      Le mot clé est wa-iḍ’ribūhunna "et [finalement] frappez-les".
      Le mot iḍ’ribūhunna provient de la racine DARABA = frapper.
      D’autres exemples de traduction de ce mot:
      – Sourate 2 verset 61 : "S’abattre sur"
      – Sourate 2 verset 60 : "frapper"
      – Sourate 2 verset 73 : "frapper"
      – Sourate 3 verset 112 : "être frappé"
      – Sourate 3 verset 156 : "partir"
      – Sourate 4 verset 94 : "sortir"
      – Sourate 4 verset 101 : "parcourir"
      – Sourate 5 verset 106 : "parcourir"
      – Sourate 7 verset 160 : "frapper"
      – Sourate 8 verset 12 : "frapper"
      etc.
      Parfois le mot peut être traduit autrement, comme on voit, mais dans ce contexte "frapper" est une bonne traduction. Alors, je vous suggère, à l’avenir, de lire vous-même – dans plus d’une seule version moderne qui vous plait – avant d’accuser et critiquer quelqu’un qui l’a fait à votre place.

  2. très beau vous avez une belle sélection de versets biblique pour soutenir votre point de vue. Mais ce que je trouve bizarre c’est que vous laissez tous les autres qui disent le contraire de ce que vous pensez…d’ailleurs j’en ai une belle collection aussi venant de la même bible: http://membres.multimania.fr/tyrur/1.LA%20RELIGION%20ET%20LES%20FEMMES.htm prière de vérifier par vous même, et de me donner vos explications…merci d’avance!

    • Merci de votre commentaire.

      Je met certains mots en gras pour emphase seulement.

      Premièrement, aucun des versets que vous citez ne dit le "contraire". Ils parlent d’autres choses tout simplement.
      Il faut toujours comprendre les textes dans leur contextes et cela signifie aussi leur contexte historique et culturelle.

      Deuxièmement, je vois que vous utilisez la bible Jérusalem ou une traduction semblable. C’est toujours bon de comparer avec d’autres traductions comme le Segond etc.

      Vous dites, "L’homme domine la femme dès la génèse parce qu’elle a mangé le fruit défendu".
      Il faut comprendre ici qu’on ne parle pas de "domination" absolue comme une esclave, ni de droit d’abus, ni de pouvoir de contrôler. C’est une question de rôle joué.

      D’ailleurs dans tous les versets du NT que vous avez cité, ce n’est pas non plus une question de maitre/esclave mais encore de rôle et ce n’est pas non plus que tous les hommes dominent toutes les femmes, mais le Grec peut bien signifier le couple époux/épouse et non tout homme et toute femme.
      Et encore là tout en demandant aux femmes de donner une soumission à leur mari – pas à tous les hommes, il est aussi dit que nous devons se soumettre les uns aux autres – y compris la relation de couple.
      Les décisions doivent normalement être prise ensemble. L’homme tient le rôle d’autorité finale dans les décisions.

        Question de rôle et non pas du tout de supérieur/inférieure

      .

      Je remarque que je n’ai vu aucune référence à la religion de l’Islam sur votre page – uniquement la bible. Pourquoi?
      Si votre but est de démontrer que la bible mal traite les femme vous-vous trompez tout simplement, elle les exalte comme l’article le démontre. Elle les honore là où l’Islam les traite presque d’esclave et le Coran dit aux époux de battre leur femmes.

      Vous citez un texte de Lévitique 12 pour notez la différence entre une femme enceinte d’une fille ou d’un garçon. La différence n’est que dans le nombre de jour, 7 vs 14. Cela ne signifie rien sur le statut de la femme dans le monde. Ce n’est pas que les filles sont impures mais la grossesse comporte des précautions de plus, et ce pour des raisons qui ne sont pas mentionnées.

      Lorsque vous dites, "La femme est impure", pour certains textes dans Lévitique, vous interpréter très mal.
      Les textes ne disent pas que toutes les femmes sont impures.
      Le texte parle clairement d’une femme ayant un écoulement de sang, indicatif de maladie possiblement contagieuse ou infectieuse. Dans la version Segond, (que je favorise personnellement) c’est écrit, "La femme qui aura un flux, un flux de sang en sa chair", pas toutes les femmes en tout moment.

      Tout ça a été dits pour éviter la maladie contagieuse ou des infections parmi le peuple, pas dans un manque de respect ou diminution de la femme du tout.

      Vous avez, en fait, mal compris les versets que vous citez et vous les avez pris hors contexte et donc vos petits commentaires à la fin des citations sont surtout erronés.
      Compréhensible pour quelqu’un qui n’a pas d’instruction biblique, n’a pas saisi l’importance de contexte ou n’a de connaissances des règles d’interprétation.

      Quand on lit la bible, il faut toujours se poser les questions suivantes:
      À qui est-ce qu’il parle?
      Pourquoi? Dans quel but?
      Quel est le contexte historique et culturel? (traditions, lois locales, etc.)

      Vous dites, "Même une femme mariée morte est impure !"
      Cela est une très mauvaise interprétation. Ce n’est pas que "toutes les femmes" sont impures, mais qu’un cadavre est impur, et si vous aviez lu les autres textes vous auriez su aussi que tout cadavre est impur dans la bible. Et cela est tout à fait compréhensible pour l’époque où connaissance médicales et principes antibactériens étaient moins connus.

      Vous dites, "A savoir la prostitution peut être comprise aussi par la dévotion aux Dieux des païens" avec Lév 21:9. Cela signifie quoi au juste? Le texte, encore une fois, n’abaisse pas toutes les femmes mais condamne la prostitution. Les religions païennes utilisaient les femmes comme prostituées "officielles" dans leur temple.

      Alors pourquoi attaquer la bible et la loi des juifs de l’époque de l’ancien testament mais pas les religions qui abusent réellement des femmes?!

      Vous dites aussi, "Seule la femme doit expier ses péchés, l’homme non !".

      J’ai honnêtement difficulté à comprendre comment vous êtes arrivé à cette conclusion!
      Tout le contexte parle d’une femme coupable d’infidélité, d’adultère, lorsque l’homme est resté fidèle!
      Alors, sous quel système de justice est-ce que vous vivez si vous croyez que l’homme dans ce cas devrait être coupable de quelque chose?
      Les hommes coupables d’adultère subissaient un sort semblable de toute façon dans les autres textes ailleurs.

      Dans les citations que vous avec faites du NT, vous faites des erreurs interprétation semblables.
      Vous ignorez le contexte culturel de l’époque et de plus vous avec négligé de comparer ces textes aux autres textes afin de bien comprendre le tout.
      On ne peut pas juste sortir des versets ici et là et sans aucune attention pour le contexte, leur faire dire n’importe quoi. C’est là l’erreur de tous les sectes religieux et religions bien égarées.

      Pour lest textes interdisant les femmes de parler en publique, ils ont été écrits à des gens vivant dans des société qui elles, interdisaient souvent aux femmes de parler en publique et l’apôtre Paul est simplement entrain de leur dire de respecter les lois civiles! – "selon que la Loi même le dit."

      Aussi dans les synagogues les femmes et les hommes étaient assis séparément – deux cotés de la salle – et le but de Paul était d’éviter les interruptions audibles durant les rencontres en disant aux femmes – que souvent n’étaient pas instruites – de ne pas poser des questions à leur maris ou autres à haute voix dans les rencontres.
      De plus, même là, les femmes pouvaient parler en publique sous certaines circonstances.

      L’autre texte, Paul interdit les épouses de dominer leurs époux, pas toutes les femmes de parler. Paul avait des collègues femmes qui l’aidaient et certaines étaient des diaconesses – i.e. des gens d’autorité dans l’église!

      Ensuite vous citez des textes de Éph 5 etc. qui parlent de la soumission des femmes à leurs maris. Mais vous avez curieusement négligé de citer les versets qui suivent:
      "Or, de même que l’Église est soumise à Christ, les femmes aussi doivent l’être à leurs maris en toutes choses.
      Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Église, et s’est livré lui-même pour elle, afin de la sanctifier par la parole, après l’avoir purifiée par le baptême d’eau, afin de faire paraître devant lui cette Église glorieuse, sans tache, ni ride, ni rien de semblable, mais sainte et irrépréhensible.
      C’est ainsi que les maris doivent aimer leurs femmes comme leurs propres corps. Celui qui aime sa femme s’aime lui-même."
      - Eph 5:25-28

      Qui ici a le rôle le plus difficile? L’homme ou la femme?
      Évidemment, il est certainement plus facile pour la femme d’accepter que son mari prend les grosses décisions (et qu’il en porte la responsabilité), que pour un homme d’aimer son épouse comme Christ!

      En court, vous avez, de façon générale, très mal compris les textes que vous avez cité et commenté. Comme tous ceux qui veulent faire dire la bible ce qu’elle ne dit pas vraiment en négligeant les contextes que j’ai nommé ci-dessus.
      Ne faites pas ça. Ça ne fait que tromper les gens et ça nous donne un air d’ignorant pour ceux qui connaissent bien les écritures.

      Attaquez-vous plutôt à l’Islam, car là vous en avez long à critiquer sur le traitement des femmes!
      J’espère que tout cela vous aide à mieux comprendre – et à juger moins vite la bible! :-)

  3. Excellent !


Comments RSS TrackBack Identifier URI

Laissez un commentaire:

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.